Composer l’absence

Se pencher sur son histoire, est-ce explorer les liens qui tissent les racines et donnent sens au chemin ? Et ainsi donner corps et vie à l’absence, voix aux absents qui révèlent alors leur infinie présence ?

Le long du lien, des toutes premières noces jusqu’aux tout derniers nés, traverser la mémoire…

Parmi les absents, la petite sœur aînée, la mère, le père et les ancêtres, ceux qui ont donné à l’enfance les couleurs calmes de la Meuse et de la mer. Et au cœur du silence, comme un paisible chant, les voix mêlées en mots serrés sur fond de ciel…

Ce n’est pas un récit qu’Annie nous donne à lire, mais une évocation sensible et parfois fragile. Le temps a gommé les détails, les matières, les visages et la chair pour se déposer dans des silhouettes claires, comme si l’âme seule se révélait… Mais parfois l’être montre son visage et un regard profond qui ne demande rien, juste à exister plus loin.

Et le temps ne retient rien ... Le long du lien dont on prend soin la vie traverse tous les âges, se dénoue, s’élargit, se renouvelle, à l’infini…

Agnès Henrard
Exposition « REVELER LE LIEN, DENOUER LA MEMOIRE »
Au Centre culturel de Marchin